Le sujet peut être compliqué, je vais donc essayer de reste simple et synthétique.

La variation du temps écoulé entre deux battements cardiaques (bpm) est appelée variabilité de la fréquence cardiaque (VFC). Pour bien comprendre l’utilité de cette mesure il convient de faire un petit rappel sur le fonctionnement du corps humain d’un point de vue cardiovasculaire.

Le rôle du cœur est d’assurer le déplacement du sang dans le corps et, grâce à ce dernier, celui de l’oxygène vers les muscles, des déchets métaboliques et des hormones entre autres.

Les contractions rythmiques du cœur se produisent spontanément, bien que leur fréquence puisse être affectée par des influences nerveuses ou hormonales.

Le système sympathique (SNS), ou orthosympathique, va provoquer une accélération de la fréquence cardiaque (FC). Tandis que le système parasympathique (SNPS) va lui provoquer un ralentissement de celui-ci.

Lire la suite

Cependant il convient de relativiser ceux-ci. En effet, il faut faire la distinction entre plusieurs notions: l’accélération, le sprint et la vitesse.

L’accélération est la capacité à créer du mouvement.

 Autrement dit, la création de vitesse.

Le sprint est la capacité à se déplacer dans un temps le plus bref sur une distance en ligne droite. La notion de vitesse maximale y est importante.

Lire la suite