Question reçue par email.

“Bonjour, Tout d’abord j’aimerais vous remercier pour votre site. Le site est intéressant notamment d’un point de vue développement des qualités de force et vitesse et ce sont ces qualités de puissance qui m’intéressent.

Ceci dit je me posais une question. J’ai moi même les genoux arqués vers l’intérieur et étant donné que je tiens à préserver mes genoux, j’aimerais savoir s’il est bon pour moi de continuer le squat ? Si oui sur quelle variante ? en complet ou partiel ? Certains me conseillent la presse à cuisse mais elle est moins bien transférée sur le terrain… Je pensais aux fentes mais je ne suis pas sûr de moi. J’aimerais donc si possible avoir votre avis de professionnel.

Cordialement Sofyen”

Comme la plupart des intervenants l’indiquaient dans l’article “Le squat est-il dangereux ?”, le problème n’est pas l’exercice, mais l’exécution du mouvement.

Si l’exercice du Squat est mal exécuté ou qu’il provoque une douleur : STOP !

Lire la suite

L’entraînement de la vitesse est multifactoriel. C’est également une qualité physique ingrate à entraîner car très liée à des facteurs génétiques. Mais également du fait de l’importance de son entraînement lors du premier âge scolaire et dans première phase de la puberté (12 -15 ans).

Enfin, les qualités musculaires importantes, force et explosivité, sont également indispensables.

Cela étant dit, il est important d’entraîner efficacement cette qualité physique. Les entraîneurs, dans tous les sports, cherchent des joueurs toujours plus rapides.

Dans les sports collectifs, il faut aller au-delà des apparences.

Le plus important est l’accélération.

Pour aller plus vite il faut optimiser l’utilisation de vos qualités musculaires. Les aspects techniques de la vitesse s’apprennent. Il ne suffit pas de placer deux cônes et de hurler pour vous faire courir plus vite. Vous pouvez apprendre à courir mieux pour être plus rapide si l’on vous enseigne les aspects techniques de l’accélération. C’est-à-dire COMMENT accélérer.

Lire la suite

Comment poursuivre l’entraînement lorsque vos épaules sont douloureuses ou en réathlétisation. Ou tout simplement éviter les douleurs et blessures !

1 – Entraînez votre coiffe des rotateurs

La coiffe des rotateurs correspond aux muscles situés au niveau de l’articulation de l’épaule. Elle a un rôle important dans la stabilisation de votre épaule, instable par nature. Sa fonction essentielle est d’assurer le maintien, le centrage et la coaptation de l’articulation de l’épaule. Lire la suite

De nombreux mythes sont présents dans le milieu de l’entraînement et de la préparation physique. Il est même parfois difficile de se faire entendre et comprendre lorsque l’on tient un discours différent.

Prenons l’exercice de musculation du Squat. Son utilisation est-elle culturelle (empirique) ou logique ? Pour certains sportifs, le squat est indispensable. Retirez leur le squat des séances et vous avez droit à une crise de nerfs. Pour d’autre, le squat est un exercice trop dangereux et n’est donc jamais présent dans leurs séances. Difficile d’avoir des positions plus à l’opposée ! Comme souvent, lorsque deux visions s’opposent, la vérité est quelque part au milieu. Pour vous le prouver, tout comme je l’avais fait à propos des crunchs (à lire : faut-il faire des crunchs), j’ai sollicité des préparateurs physiques et coachs sportifs au sujet de l’exercice de musculation du Squat Je leur ai posé 2 questions : « Le Squat est-il dangereux ? Si oui, pour qui et pourquoi. Le Squat est-il un exercice de musculation indispensable pour la préparation physique d’un sportif de compétition ?” Voici les réponses de 8 professionnels (dont moi-même), de culture, de formation et de sport différents. Je suis certain que vous apprécierez les points de vues développés ! Grand merci à eux pour leur participation !  

Frederick Henderson 

Msc(SportsScience), NSCA-CSCS

Pour faire court : Non et Oui.

Plus sérieusement le squat est sûrement le mouvement que tout le monde effectue le plus souvent tous les jours. S’asseoir, se lever d’une chaise, aller aux toilettes… Si on considère qu’un sportif de compétition est avant tout une personne, nul doute qu’il est préférable pour lui de pouvoir réaliser cette action sans la moindre difficulté.

Ensuite il n’existe pas ‘le’ squat, il existe tellement de variations possibles que ce terme n’a plus aucun sens si l’on ne précise pas comment il est exécuté. Back squat, front squat, power-lifting squat, squat olympique, squat bulgare, box squat, ATG [Ass-To-(the)Ground] squat, half squat, pistol squat…

Chacune de ces variations offre une approche et un travail de la ceinture pelvienne (i.e. hanches et tout ce qui s’y rattache) particuliers qui trouveront obligatoirement leur place dans la préparation physique d’un athlète quel qu’il soit et quelque soit son niveau de pratique/compétition.

La véritable question n’est plus de savoir si le squat trouvera sa place dans un programme de

préparation physique mais quel squat intégrer dans le dit programme. Il y aura inévitablement un

mouvement de hanche impliqué dans un geste sportif que l’athlète aura à réaliser. Il y aura donc un type de squat qui s’imposera dans le programme. D’un point de vu ‘sûreté’, si un mouvement est exécuté correctement il ne posera aucun problème.

Ludovic Bois

Limoges Hand 87 et Expression athlétique (twitter)

Oui et non! Quelle angulation? Oui pour des personnes qui sont peu mobiles au niveau de la hanche ou des chevilles car chez ces personnes la flexion de hanche va se transformer par une flexion lombaire ou un décollement des talons lors de la réalisation. Et donc… le dos va prendre cher et travaillera plus que les muscles des membres inférieurs donc pas trop d’utilité!

Par contre c’est le boulot du préparateur physique de travailler ce problème avec son sportif pour par la suite bosser le squat. Car après, c’est quand même l’un des mouvements les plus complets pour entraîner l’explosivité, la force, la puissance des membres inférieurs.

Lire la suite

Lorsque le célèbre entraîneur américain Vince Lombardi a prononcé son célèbre “la fatigue nous rend tous lâche”, il n’était pas très loin de la réalité.

Définition de la fatigue

Je vous avais déjà présenté les différents mécanismes de la fatigue dans des posts précédents :

Les mécanismes de la fatigue

La fatigue respiratoire

La fatigue musculaire

La fatigue nerveuse et conclusion

Quels impacts sur le sportif ?

Cependant, comme je l’explique dans ma présentation de 28 pages sur le No-huddle au football américain (accessible lors de l’inscription à la newsletter), la réalité physiologique est légèrement différente.

Dans la pratique, la réalité physiologie est que la fatigue provoque un mauvais traitement de l’information et de prise de décision.

J’ai partagé il y a quelques jours sur les réseaux sociaux une vidéo de l’équipe de football américain de l’université du Nebraska.

Les organisateurs sont particulièrement honnêtes dans l’objectif : développer le leadership et la cohésion d’équipe.

Ce n’est donc pas de la préparation physique, si vous en doutiez.

Personnellement, la partie la plus intéressante est le jour 2 (à partir de 2min35).

Les joueurs sont organisés par groupes. Le leader de groupe doit alors donner des instructions à ses coéquipiers sur des tâches à réaliser, tout en maintenant un niveau élevé d’effort physique sur un vélo stationnaire.

C’est exactement un travail de prise de décision en présence de fatigue.

]]>

J’ai finalement réussi à lire un des livres que je vous avais présenté il y a quelques semaines : Approche systémique de la performance sportive par Jean-Philippe BIECHY.

Les déterminants de la performance

Le premier chapitre revient sur le différents déterminants et facteurs de la performance, ainsi que leurs interrelations. C’est le premier point incontournable pour l’entraîneur. Même si ce chapitre ne présente rien de nouveau, il demeure un rappel indispensable (surtout si vous avez quitté les bancs de la fac/école depuis quelques temps) afin de mieux aborder la suite de l’ouvrage.

La planification

Ce second chapitre présente une évaluation du contexte de performance : le calendrier, l’athlète, moyen à disposition. Cette partie est plus développée que l’on peut le penser. A juste titre selon moi. Car, si sur le papier la performance sportive est simple, dans la réalité, le sportif et l’entraîneur font face à de nombreuses contraintes que l’on saurait mettre de coté.

Lire la suite