Enseigner la décélération est un point important d’un programme de préparation physique.

Certains abordent le sujet avant même d’enseigner l’accélération.

Pourquoi cette logique ? Vous viendrait-il à l’idée de prendre le volant d’une voiture avec un moteur puissant mais sans bons freins ?

Lire la suite

Je l’ai pratiqué lorsque j’étais joueur.

On me l’a enseigné lors de ma formation universitaire en sciences du sport : si vous voulez améliorer votre vitesse, vous devez faire vos gammes athlétiques.

Allons y gaiement alors : montées de genoux, tallons fesse, griffé (pas de sioux), etc.

Normal : les athlètes le font, donc tous les sportifs doivent le faire ! L’objectif est d’avoir le fameux “pied d’athlète”.

Lire la suite

Entraîneurs et athlètes sont souvent dubitatifs lorsque qu’ils m’entendent parler d’action des bras, des jambes, de posture d’accélération. J’ai également le droit à quelques regards interrogateurs lorsque je sors mes élastiques, cerceaux, haies et que j’essaie de leur apprendre à se déplacer.

C’est normal. Depuis longtemps, on essaie de nous faire croire que la vitesse dépend quasi uniquement de facteurs neuro-musculaires, donc héréditaires. Qu’il suffirait de placer des cônes et de faire sprinter les joueurs en hurlant le plus fort possible.

Pas très crédible lorsque l’on pense au temps passé par les sprinters afin de maîtriser les aspects techniques d’une tâche “relativement simple” : parcourir le plus vite possible une distance invariable, sans intervention d’adversaire.

Lire la suite